Le domaine Bader

Le domaine Bader et ses 11 hectares ont bien failli disparaître en 2004 lorsque le dernier descendant de la famille décide de partir à la retraite. Mais c'était sans compter sur Pierre SCHARSCH, lui-même issu d'une longue lignée de vignerons alsaciens qui décide de reprendre le domaine.
Grand passionné et amoureux de sa région, Pierre décide de mettre en avant son nouveau domaine et d'en valoriser les fruits en reprenant la commercialisation des vins du domaine interrompue depuis 1970 ! C'est d'ailleurs ce même amour de la vigne qui l'a poussé à convertir son exploitation à l'agriculture biologique en 2016.

Une brève histoire du vignoble alsacien


Contrairement à ce que l'on prétend généralement, l'histoire du vignoble alsacien ne débute pas avec les Romains, mais avec les tribus gauloises de la région qui, les premières, domestiquent des pieds de vignes sauvages. Après la conquête romaine, la frontière avec les pays germaniques est naturellement fixée sur le Rhin et les garnisons qui s'y installent y développent assez logiquement la viticulture. En somme, rien n'aurait réellement distingué l'histoire du vignoble alsacien de beaucoup d'autres en France si un coup du sort n'était venu s'en mêler en 1870. La victoire de la Prusse et la fondation de l'Empire allemand scellent provisoirement le sort de l'Alsace qui, tout comme la Lorraine, se trouve intégrée au sein de cette nouvelle nation bien plus réputée pour son amour de la bière que du vin. C'est le début d'une longue et difficile période qui voit la disparition de nombreux domaines, la chute drastique de la qualité du vin et, comble de malchance, l'arrivée massive de maladies ravageant les vignes tels que le phylloxéra ou le mildiou. Il faudra attendre les après-guerres pour voir le vignoble ressortir la tête de l'eau et être consacré par l'attribution d’une AOC régionale récompensant la qualité de ses vins.



Le jour où le domaine Bader a failli disparaître


En 2004, et après plusieurs générations à la tête du domaine, le dernier descendant de la lignée des Bader décide de prendre une retraite méritée et de transmettre ce patrimoine familial à de nouvelles mains. C'est Pierre Scharsch qu'il choisira finalement, un jeune vigneron fraîchement diplômé en œnologie, mais alsacien avant tout et descendant d'une longue lignée de vignerons de la région. Il reprend alors la tête d'un domaine de 11 hectares riche d'une variété de huit cépages dont les très typiques sylvaner et, riesling et gewurztraminer. Après deux années de transition et de vinification, Pierre reprend l'activité de mise en bouteilles interrompue au domaine depuis 1970 !
En grand amoureux de sa région, Pierre a développé une passion pour son terroir et ses spécificités et c'est sans doute ce qui l'a poussé à faire évoluer ses méthodes de viticulture pour finalement mettre son domaine sur la voie de l'agriculture biologique en 2016. L'objectif est alors clair : maximiser l'empreinte du terroir, lieu d'interaction entre sol et exposition, dans ses vins en réduisant tout intrant étranger.



La signature du domaine Bader


L'esprit du domaine Bader c'est celui du respect du terroir et de ses spécificités et comme le dit Pierre : "la vinification, lorsqu'elle est réussie, ne fait que restituer le potentiel du raisin." Fort de cette conviction, ce domaine cultive la vigne avec sensibilité et dans le souci permanent du bien-être végétal nécessaire à un équilibre et à la résistance de la vigne. Avec de tels traitements, la vigne ne peut manquer de transmettre à ses raisins concentration et salinité, marques des grands vins produits par le domaine Bader et retranscrits en bouteille par les soins d'un vigneron de talent.