Le Château Barbanau

Ce domaine est une folie, celle de Sophie et de ses parents qui décident à la fin des années 1980 de changer de vie, de quitter leurs montagnes et de venir exploiter quelques hectares de vignes reçus en héritage. Une cave à l'abandon les attend, et le domaine créé par leur arrière-grand-père n'est alors plus que l'ombre de lui-même, n'attendant qu'une nouvelle génération de vignerons capables de lui insuffler un nouveau souffle de vie. Le succès ne se fait pas attendre avec la première vinification au domaine dès 1989 !
Trente ans après ce premier défi, Sophie désormais rejointe par Didier, continue à suivre ses idéaux qui l'avaient à l'époque poussée à quitter la coopérative. Ce sont ses convictions qui la guident aujourd'hui encore vers une viticulture respectueuse du vivant, certifiée bio mais qui va bien au-delà encore !

Barbanau avant le château


Loin d'être le fruit d'une simple reconversion, l'histoire du château Barbanau et de la famille Cerciello plonge ses racines à la fin du XIXe siècle. Vers 1889, Émile Bodin, l'arrière-grand-père de Sophie, l'actuelle vigneronne, décide de s'installer à Cassis. Il y crée un vignoble baptisé le Clos Val Bruyère. C'est cent ans plus tard et après de très difficiles décennies, que le domaine va renaître. Après de longues années de réflexion et suite à un héritage qui dote Sophie et ses parents de quelques hectares de vignes, la famille décide de tout abandonner et de redonner vie au Clos Val Bruyère. Ils acquièrent pour cela le château Barbanau et sa cave abandonnée depuis que la production de vin a été confiée à une coopérative.
Toutefois, pour recommencer à produire du vin, il faut apprendre les bases du métier. Un an après et beaucoup d'expériences de terrain plus tard; c'est chose faite et 1989 voit l'élaboration de la première vinification dans le chai tout juste restauré du château Barbanau !




Les vignerons derrière le château Barbanau


Sophie n'est pas la seule à faire revivre ce domaine et a longtemps été soutenue par ses parents, Claude et Lucien Cerciello. Après 40 années passées à la montagne, dans une station de ski, ils se sont eux aussi lancés aux côtés de leur fille dans cette aventure un peu folle et passionnante qu'est le vin.
En 1998, la famille s'est agrandie en même temps que les effectifs du château avec l'arrivée de Didier Simonin, ingénieur œnologue de formation ayant dirigé des vinifications à travers tous les vignobles français. Il perpétue aujourd'hui, avec Sophie, l'histoire que continuera peut-être d’écrire leur fille Julie. Ensemble, ils constituent l'âme du château Barbanau dont l’atmosphère est souvent ponctuée de notes de musique africaine. Ces deux passionnés de l'Afrique australe y ont d’ailleurs puisé quelques inspirations pour le nom de leurs cuvées.




Un domaine entre Côtes de Provence et Cassis


L'histoire personnelle des vignerons de ce domaine familial est telle que l'on en oublierait presque parfois de parler des vignes ! Et pourtant ce sont bien elles qui sont au cœur de ce domaine de 30 hectares à cheval entre les deux appellations AOC Côtes de Provence et AOC Cassis.

Les vignes implantées sur l’AOC Côtes de Provence sont situées à l'extrême Ouest de l'appellation, sur des pentes culminant à 360 mètres d'altitude, dans un terroir où se mêlent argile et calcaire. C'est là que s'épanouissent grenache, mourvèdre, cinsault et syrah utilisés dans les vins du domaine. Chaque parcelle porte un nom qui renvoie à sa faune ou sa flore spécifique.
Les vignes en AOC Cassis du domaine sont, quant à elles, implantées bien plus au Sud, en bord de mer, où est cultivé un clos de 7 hectares planté il y a plus d'un siècle par l'arrière-grand-père de Sophie. C'est sur ce terroir baigné par la mer et le soleil que naissent les vins blancs uniques du domaine, qui ne seraient rien sans le savoir-faire des vignerons accomplis que sont Sophie et Didier.




L'esprit vigneron au cœur de la Porvence


Il est parfois difficile de résumer en quelques mots l'état d'esprit qui anime le château Barbanau des vignes à la cave, jusque dans les vins. Toutefois, si l’on ne devait choisir qu’une seule phrase pour résumer l'esprit Barbanau, ce serait celle-ci :
"L'agriculture conventionnelle détruit la terre tandis que l'agriculture biologique la préserve et que la bio-dynamie la fait revivre"
La viticulture bio signée Barbanau ne se résume donc pas seulement à bannir le chimique, mais avant tout à recréer de la biodiversité pour ne pas faire du vignoble un grand désert planté uniquement de vignes. Cette quête d'un jardin fleuri naturel, permettant aux espèces animales et végétales de vivre en symbiose sous une légère direction humaine, ne s'est pourtant pas imposée immédiatement à Sophie et Didier. C'est le fruit de longues années de réflexion matérialisées par l'adoption des principes de la bio-dynamie mais qui ne s'arrête pourtant pas là. Chaque année apporte son lot d'évolutions et de nouvelles solutions à développer pour maintenir le fragile équilibre qui distingue tant les vins du château Barbanau.