Le Domaine Aimé Stentz

Cinq générations de vignerons se sont succédé sur ce domaine de 14 hectares dont les caves sont situées dans le village de Wettolsheim, à quelques minutes au Sud de Colmar.
Fondée en 1919, cette Maison de vignerons alsaciens s'est convertie à l'agriculture biologique en 2007.
Désormais aux mains de Marc Stentz, ce domaine familial élabore de grands vins qui ont fait la réputation du vignoble alsacien, parmi lesquels crémant d'Alsace, gewürztraminer, riesling et bien d'autres !

À l'origine du vignoble alsacien


Historiquement, le vignoble alsacien naît de l'amour, non pas des Romains, mais des Gaulois pour le vin qui, les premiers, mettent en valeur des cépages sauvages de vignes. Il faut attendre la conquête romaine et les garnisons gardant la frontière germanique pour voir se déployer une réelle domestication des vignes et de leur jus mis au service des garnisons stationnées sur le Rhin. Dès le Moyen-Age, les vins d'Alsace rencontrent un succès à travers toute l'Europe, encouragés par une situation géographique idéale aux portes du Saint Empire Romain Germanique.
Encouragé par la tradition viticole française, le vignoble alsacien se développe tout au long du XIXe siècle jusqu'à son annexion par l'Empire Prussien en 1870. S'ensuit alors une période difficile et une chute de qualité du vignoble auxquelles viennent s'ajouter les attaques du phylloxéra.



Aimé Stentz et le renouveau alsacien


Le rattachement de l'Alsace à la France marque le renouveau du vignoble et voit le retour à des vins qualitatifs. Les pratiques du mouillage (coupage du vin à l'eau) sont bannies et les cépages productivistes arrachés au profit de plants traditionnels et d'une qualité sans comparaison.
C'est en 1919 et en la personne de Jacob Stentz que la Maison Aimé Stentz est fondée, s'inscrivant dès le début au cœur de cette renaissance qualitative du vignoble d'Alsace. L'arrière-grand-père de l'actuel vigneron fait alors l'acquisition d'une auberge située quelques kilomètres au Sud de Colmar. C'est ainsi que l'auberge de l'Agneau de Wettolsheim devient peu à peu le siège de l'exploitation viticole familiale en devenir.



Des débuts difficiles à la reconnaissance de l'AOC Alsace


À la suite de Jacob, c'est Théophile, son fils, qui reprend les rênes de ce petit domaine qui s'étend sur moins de 4 hectares. Il vinifie alors ses vins et vend ses raisins en vrac aux négociants.
C'est en réalité Aimé Stentz et son épouse Angèle qui vont s'imposer comme les réels fondateurs de cette maison. À eux deux, ils vont prendre le domaine à bras le corps et mettre l'exploitation sur les rails de la modernité et du développement, lui faisant ainsi atteindre une superficie de 12 hectares.
Pour faire face à la crise viticole des années 1960, le couple opte pour une mise en bouteilles à la propriété, gage d'une maitrise de la qualité, tout en assurant à la famille son indépendance vis-à-vis du négoce.
C'est sous leur impulsion que vont se multiplier les cépages qui sont encore aujourd'hui les garants et les ambassadeurs de la qualité des vins Aimé Stentz et de toute l'Alsace : le riesling rejoint le gewürztraminer en 1964, puis c'est au tour du pinot noir en 1967 et enfin du pinot gris en 1974.



De la tradition au vin biologique d'Alsace


Depuis lors, les vignes sont restées et les vignerons se sont succédé, Aimé et Angèle laissant place à leurs fils Louis et Étienne avec son épouse Jocelyne.
En 2007, le domaine franchit le pas et décide de se lancer dans l'aventure de la viticulture biologique couronnée de succès en 2010 après 3 années de conversion des sols.
En 2011, Marc Steintz, le fils d'Étienne et Jocelyne, marque son retour au domaine en signant sa première vinification, prémices de sa prise en main de l'exploitation familiale en 2016.
Aujourd'hui certifié vin bio d'Alsace, le domaine Aimé Strentz élabore des vins traditionnels et respectueux de l'environnement qui sauront séduire amateurs et néophytes.